VICES CACHÉS

100% GRATUIT ! Une communauté spécialisée dans plusieurs domaines juridiques qui se propose de répondre gratuitement à toutes vos questions juridiques. Vous pensez que vos droits n'ont pas été respectés ? Nous avons la réponse.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Dette EDF du colocataire suivi de Menaces

Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

fleur21

fleur21
Nouveau membre
Nouveau membre
Bonjour,

Voici un incident que j'ai eu avec des colocataires et je souhaiterais SVP avoir votre expertise afin de m'indiquer, d'une part, mes erreurs afin de ne plus les reproduire, et d'autre part, les moyens juridiques que je pourrais solliciter, ayant essayé par ailleurs la négociation afin de régler ce litige en direct avec les colocataires, mais en vain.

Je me présente, je suis une Dame 52 ans, célibataire, sans enfants, ayant un diplôme dans le social, Bac + 3, et une (RQTH) Reconnaissance en qualité de Travailleur Handicapé en cours de renouvellement à la MDPH de Paris, percevant actuellement le (RSA) Revenu de Solidarité Active et en recherche d'emploi à Paris.

De janvier 2012 à décembre 2012, dans l'urgence, un peu prise au piège par mon besoin de repartir en province pour me reposer car épuisée, j'ai signé un contrat de colocation meublé, en oubliant -très fatiguée ce jour- de faire un état des lieux d'entrée, d'un T2 avec parking à Paris, avec un couple de 28 ans dont le Monsieur est négociateur immobilier. Ce contrat de colocation où, j'étais donc la 3ème colocataire, mais aussi copropriétaire des lieux, me permettait, à la fois, de percevoir des revenus fonciers, tout en gardant une adresse fiscale à Paris, dans l'éventualité de vendre mon appartement. C'est dans ce cadre "moral" contestable bien qu'irréfléchi, que ce contrat a été fait, en toute confiance avec le négociateur immobilier en charge de mon quartier. Il m'a présenté un de ces collègues, très intéressé par ce contrat qui correspondait à sa recherche, car n'ayant n'a pas de revenus réguliers stables, il était dans l'impossibilité de louer un bien.
J'ai bien signé le contrat de colocation, ce couple et moi-même, mais sans jamais habité avec ces personnes. Je logeais dans un appartement en location en province, où je vivais, avec comme unique ressources, les revenus fonciers générés par cette "colocation", et tous les mois, je m'acquittais de l'envoie d'une quittance de loyer et du règlement de la moitié du paiement de l'assurance habitation.
En octobre 2012, les colocataires m'informe par sms et courrier que l'insert à gaz est en panne ainsi que le radiateur en fonte à huile de 2000 W "qui lui serait dangereux car son copain aurait risqué de s'électrocuter". C'est mon voisin électricien qui me l'avait donné et qu'il soit dangereux c'est un peu suspect! Je leur propose, afin qu'il puisse se chauffer, par sms et par courrier, d'acheter directement des radiateurs et de les retenir sur le loyer. En suivant, je me met en rapport par email, puis copie à la locataire, avec le distributeur de la marque, pour demander la liste des artisans. Et puis je leur envoie par sms et emails, les coordonnées d'un ami ingénieur et de deux artisans plombier pour un devis, en les invitant à prendre contact avec eux pour un rendez-vous, à leur convenance.
Madame me répond par sms que ce ne sera pas nécessaire d'acheter des radiateurs car ils s'en sont déjà fait prêtés...
Fin novembre 2012, le couple m'envoie un courrier avec A.R pour quitter le logement pour cause de mutation de madame. Le jour du déménagement, je ne pouvais pas être là pour faire l'état des lieux de sortie, afin de vérifier l'état du logement et leur rendre éventuellement le dépôt de garantie, sachant que le délai était de deux mois. Mais Monsieur insistait en disant que l'appartement était dans un bon état, propre et qu'ils avaient besoin de cette somme, en raison des fêtes de Noël et pour le nouveau logement. Puis j'ai reçu des messages vocaux virulents où ils m'indiquaient qu'il ne me faisait pas du tout confiance et qu'il rendrait les clefs de mon appartement, à la condition qu'il récupère, le jour même, le dépôt de garantie, sinon il me menaçait de changer la serrure et de rester dans le logement. J'avais compris qu'ils allaient utiliser le "cadre moral" de la colocation pour faire pression sur moi... Et pour ne pas faire d'histoires, dont je n'avais pas les moyens, j'ai envoyé un chèque équivalent au dépôt de garantie à mes voisins -pas au courant, des menaces, etc- qui lui ont donné le chèque contre les clefs. Puis j'ai réintégré mon logement, qu'ils m'ont laissé dans un très mauvais état, très sale, et une dette à EDF de 467.45 €.
Le 04/01/2013, j'arrive à Paris où mes voisins m'hébergent, car il faisait très froid et qu'il n'y avait pas du tout de chauffage en état de fonctionnement.
Entre temps, j'ai fait intervenir un ami qui en quelques brèves manipulations a remis rapidement les fils électriques en place, et le radiateur en fonte à huile fonctionne depuis très bien. Pour l'insert à gaz, c'est plus cher mais dès que possible, les pièces seront changées.

Comme ils ont été changeant soudainement, devenant très agressif et menaçant, en m'obligeant à leur rendre le dépôt de garantie, contre les clefs, ils n'ont pas honoré leur dette à EDF, -où j'étais menacée de coupure, alors qu'il faisait -7°C avec de la neige et du verglas-, j'ai été contrainte d'aller voir son patron qui a demandé à son DRH de régler ce litige. Puis il m'a dit que si son négociateur ne réglait pas sa dette, il me donnerait le montant qu'il retiendrait sur ses honoraires.
Deux mois après, toujours pas de nouvelles, j'appelle l'agence immobilière, le patron me dit de régler moi-même ce litige en portant plainte si je le voulais, mais qu'il ne s'en mêlait pas. Réflexion faite, je pense que le négociateur-colocataire a invoqué sûrement le manque de chauffage, sans rentrer dans les détails décrits ci-dessus, pour justifier à son patron le non paiement de sa dette à EDF .. Ce même jour, je reçois un SMS où le négociateur me menace d'envoyer mon dossier aux impôts, qu'il ne me devait rien... Mais qu'il était en droit de me demander beaucoup. Et puis me menace : << J'en ai marre de vous. Si vous ramenez vos fesses et que vous emmerdez mon patron, le fisc et la police prendront le relais !! En fait, venez, et après assumez.>> Comme preuves, j'ai tous les sms, les messages vocaux aussi virulents que les sms, sinon pire, les virements que le couple faisait à EDF et à GDF de leur compte respectif, mais en mon nom, prénom et adresse.
Pour arrêter cette surenchère, immédiatement par message vocal,j'ai informé monsieur que j'étais blanche comme neige vis à vis des impôts, à fortiori de la police avec un casier judiciaire vierge. Mais compte-tenu du fait, que la serrure de ma boîte aux lettres et de ma porte d'entrée avaient été forcée (c'est vrai !), et que j'avais soigneusement gardé toutes les traces de ces menaces écrites et orales ; j'allais de ce pas, au commissariat de police, pour porter plainte contre lui, pour l'effraction de mes serrures (bien que n'ayant aucune preuve), les menaces aux fisc, aux impôts,la dette EDF, et l'obligation de lui restituer le dépôt de garantie contre l'échange de clefs sinon il changeait mes serrures, sans compter les dégâts sur l'insert à gaz.
Rétrospectivement, en réfléchissant aux évènements se succèdants : en octobre 12, survient la panne des 2 chauffages dont un insert à gaz qui a toutes les pièces défectueuses. En novembre 12, je reçois un courrier avec A.R pour mutation de madame,et en décembre 12 ils quittent les lieux en laissant une dette EDF de 467..
En octobre 12, il est fort probable qu'ils aient déjà eu connaissance de la mutation de madame et que ces évènements liés les uns aux autres, montrent peut être que tout cela était prémédité ? Afin de se venger ? De quoi me direz-vous ? Des montants des loyers exhorbitants à Paris ? de ma tête un peu beaucoup méditerranéenne ? Des conflits liés notamment au règlement par virement bancaire à EDF et GDF qui ne devait pas être car tout était en mon nom.

En conclusion, d'une part, je n'aurais jamais dû faire un contrat moral de ce type, car si je voulais vendre mon appartement, il me suffisait de revenir vivre dans ce dernier. D'autre part, signer un contrat de colocation avec le règlement de la moitié du prix de l'assurance habitation (tout était à mon nom) était une deuxième porte ouverte à la manipulation dont j'ai fait l'objet. J'ai été naïve pour ne pas dire idiote de faire confiance, avec certainement des erreurs...
Maintenant que puis-je faire pour réparer cette manipulation dont j'ai fait l'objet ? Et aussi comment lui rendre la monnaie de sa pièce, par le biais juridique, afin que cela lui serve de leçon à lui et mais aussi au négociateur immobilier qui me l'a présenté et à ceux éventuellement tentés de manipuler les personnes pour avoir des gains ou des avantages.

Sachez que vos conseils me seront très utiles vis à vis de ce négociateur immobilier et peut être serviront à d'autres personnes pour se protéger. En vous remerciant pour votre compréhension, je vous souhaite une bonne réception de cet email, et je vous prie de recevoir, Mesdames, Messieurs, l'expression de mes sentiments les meilleurs. Et bonne lecture.
Une nouvelle internaute...

Voir le profil de l'utilisateur

fleur21

fleur21
Nouveau membre
Nouveau membre
Bonjour à tous,

Sur ce site, j'attendais au moins une réponse, mais en vain !!
Cordialement,
fleur21

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum